Le retour des perdants

Le retour des perdants

Les survivants européens de l'État islamique souhaitent revenir en terres natales. Des « pleurnichards » qui cassent la posture héroïque islamiste.

Parmi les survivants qui sortent des ruines des derniers réduits de Daech, se trouvent quelques centaines, voire milliers, de jeunes originaires d'Europe : essentiellement des mères avec leurs enfants, plus quelques hommes qui se sont rendus ou ont été faits prisonniers par les forces kurdes. Femmes et hommes parlent aux journalistes accourus et disent vouloir revenir (à une exception près). Bien sûr, il faut tenir compte du fait que ces personnes sont prisonnières, et que ce qu'elles disent pourrait se retourner contre elles. Mais justement ce qu'elles disent n'a rien d'une demande de pardon.

En Europe, le débat fait rage : faut-il récupérer ces « revenants » ? Les arguments tournent autour de deux points : la sécurité et le droit humanitaire. Le premier argument consiste à dire que les revenants sont dangereux, car ils pourraient soit commettre de nouveaux attentats, soit recruter des volontaires pour de futurs djihads. La comparaison est faite avec les djihadistes qui ont ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard