Le rêveur en éveil

Le rêveur en éveil

Si son oeuvre est volontiers onirique - et sa personnalité encline au retrait -, l'écrivain turc intervient dans les débats publics de son pays. Ce fut encore le cas tout dernièrement.

Orhan Pamuk fut le premier écrivain turc à recevoir le prix Nobel de littérature. Traduits dans une cinquantaine de langues, ses livres à l'imaginaire coloré appartiennent désormais au patrimoine mondial. Comment entrer dans une oeuvre aussi impressionnante que la sienne ? Peut-être en poussant une porte. Depuis avril 2012, une maison peinte en rouge du quartier de Çukurcuma à Istanbul abrite le musée de l'Innocence, matérialisation et mise en espace du roman du même nom. Des objets dans des vitrines, clés, barrettes, mouchoirs, comme dérobés au texte et disposés là, face au lecteur-visiteur qui, le temps de la déambulation, revit la passion fétichiste de Kemal pour Füsun et, par là même, une époque, les années 1970, et un pays, la Turquie. Anthropologique autant qu'intime, l'entreprise résume bien la figure d'un conteur dont le goût du romanesque n'exclut pas la conscience d'une réalité historique : si oniriques soient-elles, ses histoires d'amour et d'espoir rappellent la vie à so ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes