Le rêve éveillé de Dylan Thomas

Le rêve éveillé de Dylan Thomas

Du 10 septembre au 8 décembre. Paris (6e). Théâtre. Au bois lacté, de Dylan Thomas, Théâtre de poche.

« Après 39 ans, c'est tout ce que j'ai fait. » Telle est la phrase que Dylan Thomas, considéré comme le meilleur poète gallois de langue anglaise au siècle dernier, aurait prononcée au moment de mourir. Son oeuvre est en effet peu prolifique et son verbe cassant. D'une beauté rare, elle se paie de peu d'influences, un Rimbaud mâtiné de Cendrars, hermétique et populaire, plein de verve truculente et de métaphores incongrues. Dans la pièce Au bois lacté, Première Voix déclare : « Écoute. C'est la nuit qui bouge dans les rues, la lente musique processionnelle de la brise salée dans la rue du Couronnement et dans la ruelle aux Coques, c'est l'herbe qui pousse sur la colline de Llareggub, la chute de rosée, la pluie d'étoiles, le sommeil des oiseaux dans le Bois lacté. »

Première Voix est l'un des 63 personnages de cette pièce qui fut d'abord radiophonique, créée à la BBC par l'auteur lui-même, en 1945, sans cesse réécrite ensuite et achevée deux mois avant sa mort, en 19 ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé