Le protocole compassionnel

Le protocole compassionnel

En 1964, Simone de Beauvoir avait fait scandale en relatant dans Une mort très douce les derniers jours de sa mère. Depuis, ces récits se sont multipliés, devenant presque un genre littéraire à part entière. Cancer, Alzheimer, tétraplégie, sida, suicide : l'éloge funèbre s'est transformé en rapport médical mâtiné de journal intime - l'émotion de l'un insufflant à l'objectivité de l'autre sa tonalité personnelle. Récits ? Romans ? La Maternité de Mathieu Simonet, qui raconte l'agonie de sa mère atteinte d'un cancer, s'inscrit dans cette problématique : comment transformer le rapport factuel en objet littéraire ? Écriture blanche, datation précise, initiale Y préservant l'anonymat des intervenants (cités malgré tout dans les remerciements), rapports médicaux, taux exacts des plaquettes ou des marqueurs du foie, effets de la chimiothérapie, médicaments et ultimes soubresauts de la vie se conjuguent au portrait d'une femme dotée d'une forte personnalité et d'une rare é ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon