Le processde Kafka

Le processde Kafka

On n'en a jamais fini avec lui : dépouillés du « beau style » de leur première traduction, ses journaux sont restitués dans leur intégralité.

Lire Kafka tient de l'addiction à une drogue dure qui s'immisce dans le cerveau pour y instiller tour à tour l'enchantement et l'effroi. On avait arpenté ses nouvelles, ses romans, son Journal et ses énigmatiques aphorismes, puis suivi les chemins tortueux de ses correspondances amoureuses. Toujours pas rassasié, on était parti pour un voyage au long cours dans l'infinité d'essais et de variations suscitées par la vie et l'oeuvre de celui qui, sans le savoir, a bouleversé tous les topiques de la littérature de son siècle et du nôtre.

À quoi tient la qualité si particulière d'une écriture qui apparie si bien simplicité et obscurité ? Hannah Arendt tente d'en extraire la substance dans La Tradition cachée : « Les récits de Kafka désappointeront [le lecteur] encore plus que sa propre vie. Ils ne renferment aucun élément de rêverie par rapport au quotidien et n'offrent ni conseil, ni enseignement, ni consolation. C'est seulement le lecteur qui, pour quelque rai ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes