Le premier métro

Le premier métro

Dans les souterrains de la capitale suédoise convergent tous les habitants, travailleurs et chômeurs, fêtards et sans-abri, mendiants et réfugiés. Et les pigeons, indifférents et mutants, picorent à leurs pieds.

là où je vis, les pigeons prennent aussi le métro. Ils attendent sur le quai, comme n'importe quel passager désabusé, et quand les portes s'ouvrent ils s'engouffrent dans la rame. Ils zigzaguent entre les chaussures pleines de neige et les baskets pour aller s'installer dans un coin sous un siège ou à côté des portes. Ils tentent peut-être de picorer un chewing-gum ou quelques miettes qui traînent au passage. Si personne ne vient les déloger, ils restent à leur place jusqu'à être arrivés à destination. Là, ils descendent. En général, ils font le trajet de Hökarängen à Farsta centrum.

Les pigeons sont les seuls passagers auxquels on ne demande pas de montrer leur ticket. Les contrôleurs, quand ils font leurs descentes, s'engouffrent par toutes les portes en même temps... Je crois, en tout cas, je ne les vois presque jamais arriver. Ils apparaissent soudain, et même si je sais très bien que j'ai mon passe sur moi, je me sens toujours nerveuse au moment de le leur montr ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon