LE PLUS GRAND VALJEAN

LE PLUS GRAND VALJEAN

De tous les acteurs qui ont joué le rôle, Harry Baur est sans doute celui qui en a donné la version la plus singulière, et la plus fidèle.

À ce jour, il se dénombre une cinquantaine d'adaptations des Misérables pour le grand ou le petit écran, sans compter celles destinées à la scène. Et le palmarès de ceux qui ont eu l'insigne honneur d'incarner Jean Valjean est impressionnant. De décennie en décennie, l'ex-forçat condamné à cinq années de bagne pour avoir volé un pain, puis à dix-neuf ans pour avoir tenté de s'évader, a successivement pris les traits de Gino Cervi, Jean Gabin, Lino Ventura, Gérard Depardieu, Liam Neeson, Jean-Paul Belmondo, Hugh Jackman il y a peu encore... La plupart de ces interprètes ont fabriqué un Valjean furieux, formidable. Ils en ont fait une force de la nature habitée par la colère et convaincue de son bon droit.

Harry Baur, dans l'adaptation de Raymond Bernard, procède à l'inverse. En 1934, il est depuis des années la vedette numéro un du cinéma français. L'homme évoque une sorte de Raimu sans l'accent du Midi, aussi massif que lui mais plus maigre. Et non moins génial. Sauf ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon