Le philosophe caché du « macronisme »

Le philosophe caché du « macronisme »

Grand commandeur du champ intellectuel européen, Habermas fait l'objet, à 88 ans,d'une intense actualité éditoriale. Où l'on constate qu'il est peut-être la principale référence intellectuelle d'Emmanuel Macron, d'ordinaire associé à la pensée de Paul Ricoeur.

l'Allemagne a beau être, comme on dit, « notre grande voisine », sa vie intellectuelle diffère assez profondément de la nôtre. Le paysage de la pensée depuis les années 1960 y a été ainsi dominé par la figure du philosophe et sociologue Jürgen Habermas, aujourd'hui âgé de 88 ans. Auteur d'une abondante oeuvre théorique - une cinquantaine de livres et trois à quatre fois plus d'articles -, il est aussi un important intellectuel public, qui est intervenu dans tous les débats idéologiques de son pays d'après 1945. Sans cesse il s'est érigé contre la difficulté voire le refus d'inventaire du passé allemand nazi par ses compatriotes et il a défendu les positions d'une « gauche progressiste », sociale, démocratique et européenne. Cela fait qu'en France on le connaît bien, mais l'a-t-on vraiment lu ? Il a toujours existé envers lui une prévention. En raison de ses options prolibérales (en politique, moins en économie), de son examen sévère de nos penseurs « postmodernes », Foucaul ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon