Le petit Marcel

Le petit Marcel

Les lettres de Gide à un ami d'enfance, un alter ego talentueux,qui n'a pas laissé d'oeuvre à la postérité.

Gide a toujours considéré ses lettres comme faisant partie intégrante de son oeuvre. À preuve, le soin extrême qu'il y apportait et le temps considérable qu'il y a consacré. À preuve aussi, l'accord donné à la publication de certaines correspondances dès son vivant, comme celles avec Paul Claudel ou Francis Jammes. Volumes auxquels se sont ajoutés depuis près d'une centaine d'autres, soit quelque 28 000 lettres, une petite moitié de la main de Gide, une bonne moitié due à environ 2 300 correspondants. Quelques lacunes importantes subsistaient encore, dont certaines ne seront jamais comblées. D'abord les lettres de Gide à Madeleine, puisque Madeleine les a détruites lorsqu'elle s'est sentie trahie par la fuite de son mari avec Marc Allégret en Angleterre, en 1917. Plus de trente ans d'échanges épistolaires presque quotidiens : « C'est le meilleur de moi qui disparaît et qui ne contrebalancera plus le pire », « je souffre comme si elle avait tué notre enfant ».

Des deux autres ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes