LE PERROQUET DE BUDAPEST

LE PERROQUET DE BUDAPEST

Quand André Lorant entreprend de retourner sur les traces d'un « passé qui [l'a] modelé et qui, sous deux régimes politiques différents, aurait pu [le] faire périr », il fait d'abord le voyage vers une Hongrie devenue capitaliste mais où chaque coin de rue, à Budapest, le reporte vers les 26 premières années de sa vie. Puis, de retour en France, il s'engage, avec la parfaite conscience de l'universitaire spécialiste de Balzac, dans une entreprise autobiographique qui aboutit à un récit placé sous le signe du perroquet décorant la tapisserie brodée par sa mère pendant qu'elle était enceinte du petit André. Il ponctue de dialogues intérieurs avec la musique et la peinture ce lent balancement entre passé et présent. Il « tourne autour de [lui-même] » pour retrouver le fil de l'essentiel. Cette quête des origines perdues, juives malgré la conversion censée protéger de l'antisémitisme, emporte le lecteur dans un autre temps à travers mille anecdotes, sans que l'auteur se fasse d'illusion ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes