Le pays qui prenait congé

Le pays qui prenait congé

Le premier livre de Lídia Jorge plonge dans le Portugal de sa jeunesse, enclavé et brûlant.

L' Algarve est la province la plus méridionale du Portugal : son nom vient de l'arabe et signifie la « pointe occidentale », pour les uns, un « jardin du bout du monde », pour les autres. Séparée du reste du pays par une chaîne montagneuse, cette région est à la fois une dure terre intérieure que les princes arabes voulaient transformer en un blanc jardin en y plantant des amandiers et cette longue ligne de côte qui se termine à l'extrême ouest par un cap que tous les Portugais connaissent depuis la petite école car c'est là que commencent mille légendes au sujet des caravelles et autres navires partis à la découverte ou à la conquête du monde depuis le début du XVe siècle. Là où se termine l'Europe, là où l'on se lance vers l'ailleurs. Là aussi où l'on reste à terre pour regarder l'Océan.

Superstitions et litanies du fond des âges

Lídia Jorge est une femme de l'Algarve. « J'ai écrit La Journée des prodiges quand je n'étais pas un auteur, j' ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes