Le passé de la Finlande, façon Paasilinna

Le passé de la Finlande, façon Paasilinna

Problème pour les prochaines annales du BEPC : Arto Paasilinna publie un roman par an ; de 1989 à 2007, Denoël n'en traduisit qu'un tous les deux ans, et, depuis, un chaque année. Sachant que Paasilinna, né en 1942 en Laponie, a l'intention de vivre centenaire Linnea Lindeman, chamane d'Ostrobotnie, le lui a promis, quelle accélération faudrait-il impulser au rythme de publication pour rattraper le temps perdu ? Ceux à qui Linnea n'a rien promis sont en droit de s'impatienter.

Arto Paasilinna est finlandais et écrit en finnois, même si on a longtemps cru le contraire. Anne Colin du Terrail est sa fidèle traductrice, elle sait prêter à son auteur une vraie langue d'écrivain, un style que nous prenons pour le sien, limpide, simple, qui préserve cependant un exotisme délicieux par le truchement de noms propres nombreux et spectaculaires. Paasilinna est un ogre, un loup des steppes, un ours mal léché et un formidable conteur qui, depuis Le Lièvre de Vatanen, nous enchante par sa ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes