Le parti pris des choses

Le parti pris des choses

Sans verbe « être » et sans phrases, immanente et sans transcendance, la pensée canonique chinoise, encore vivace malgré l'occidentalisation contemporaine, pourrait agir par contraste comme une féconde remise en cause de notre vision du monde.

dans leur entreprise d'évangélisation de la Chine, au XVIIe siècle, les jésuites crurent, un moment, la partie gagnée. L'empereur Kangxi (1662-1722) venait de leur offrir un panneau, destiné à orner l'entrée de leur église à Pékin et sur lequel il avait tracé de sa main les deux caractères jing tian, « respect au Ciel ». Loin de préfigurer une conversion prochaine de la Chine au catholicisme - l'influence de notre religion y resta à jamais marginale -, ce présent n'était de la part du souverain qu'un geste de magnanimité envers des étrangers dont il appréciait la science et les services diplomatiques qu'ils lui rendaient. L'erreur des jésuites fut, malgré leur familiarité avec l'empire du Milieu, d'avoir confondu (ou voulu confondre) le « Ciel » chinois avec le leur. Celui-ci n'a rien à voir avec l'idée chrétienne d'un « sur-monde » situé au-dessus de la Terre et au-delà du monde des mortels et les dominant tous deux. Dans la pensée traditionnelle chinoise, le Ciel ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine