Le père, la fille et le Saint-Esprit

Le père, la fille et le Saint-Esprit

Jean-François dirige les éditions du Cerf, Anastasia enseigne la théologie politique et prêche la liberté d'expression. Ils vivent sous le même toit et partagent la même foi. Portraits croisés d'un père et d'une fille pas si orthodoxes.

en maillot de bain, Anastasia Colosimo lisait Dostoïevski sur la plage. Elle avait 20 ans. Le livre était en cyrillique... Cet été-là, l'historien Grégoire Kauffmann débarque à Patmos pour un séjour festif, lorsqu'il reconnaît la barbe poivre et sel de l'éditeur et théologien Jean-François Colosimo (cru 1960), père d'Anastasia. Si le Tout-Paris de l'édition cingle sur le port de Skala, Colosimo coche l'option orthodoxe de l'île où saint Jean a rédigé l'Apocalypse, villages immaculés, monastères et popes en Mercedes, euh non, pas popes en Mercedes. Adieu nightclubbing, Kauffmann et son copain plongent dans la myrrhe. « À la fin des vacances, Mathieu était prêt à se conver ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Pour pour les fêtes, offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire !