Le nouveau désordre littéraire

Le nouveau désordre littéraire

Ces quarante dernières années, le champ littéraire a connu une évolution aussi rapide et profonde que celle de la société. Les théories et les écoles ont laissé la place à une multitude de revendications individuelles. La liberté règne dans les lettres, et, avec elle, une certaine anarchie.

En 1966 mourait André Breton, le dernier chef de la dernière brigade littéraire. Il y avait certes déjà des années que les vieux grognards du surréalisme étaient en demi-solde, et Maurice Nadeau, en 1964, avait publié une Histoire du surréalisme , manière de dire que la prestigieuse école avait fermé ses portes. Mais la disparition du maître charismatique balayait les derniers espoirs d'une résurgence. Le surréalisme appartenait désormais au patrimoine de la littérature ; libre à chacun d'y puiser, sans y adhérer.

Trois ans auparavant, un autre glorieux général des lettres avait rendu ses galons. Retraite paradoxale, certes, puisqu'elle prenait la forme d'un somptueux feu d'artifice. Mais avec Les Mots , Jean-Paul Sartre signait bel et bien ses adieux à l'écriture littéraire ; adieux confirmés, par Flaubert interposé, avec L'Idiot de la famille en 1971, significativement paru dans la « Bibliothèque de philosophie ». Le re ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes