Le noir à la manière du Nord

Le noir à la manière du Nord

Quand la mesure littéraire dépeint la démesure financière... À travers une enquête sur le meurtre d'une maître-chanteuse, l'Islandais Arnaldur Indridason raconte, mine de rien, l'Islande juste avant la crise : une petite nation ivre de sa croissance et dansant une folle tarentelle au-dessus du gouffre de ses dettes. Malversations banquières, échangisme, culte de l'argent... Autant de symptômes, aux yeux du très sage et américanisé enquêteur Sigirdur Oli, de la fièvre consumériste consumant ses concitoyens. L'écriture, laconique, contient mais ne cache pas la colère de l'auteur contre ces nouveaux Vikings, ces magiciens du crédit, et leurs épigones. En contrepoint, l'auteur témoigne d'une empathie réelle pour ceux qui portent dans leur chair la misère d'avant le miracle islandais. Andrès, l'ancien enfant martyr devenu ivrogne vengeur, apparaît ainsi comme le personnage le plus attachant du roman.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon