Le nez de Nadeau

Le nez de Nadeau

Les chroniques littéraires d'un des plus grands éditeurs du XXe siècle peuvent se lire au présent : premier tome (sur trois) de son intégrale critique.

Ami d'André Breton comme de Jean-Paul Sartre, historien du surréalisme, éditeur de Sade, d'Edmond Jabès, de Roland Barthes ou encore d'Yves Bonnefoy, de Thomas Bernhard et de Malcom Lowry, fondateur des Lettres nouvelles puis de La Quinzaine littéraire, Maurice Nadeau (1911-2013) est autant un génial éditeur qu'un formidable critique, dont les chroniques couvrent six décennies de littérature française et étrangère. La publication du premier (468 articles, 1 472 pages...) des trois volumes de son oeuvre critique est un véritable trésor : entre 1945 et 1951, chaque semaine dans Combat, Maurice Nadeau consacre une des quatre pages du journal de Pascal Pia et d'Albert Camus à la littérature, commentant nouveautés, trouvailles ou redécouvertes. Chaque papier peut se lire au présent et avec d'autant plus de bonheur que l'immédiat après-guerre est une époque mal connue, si ce n'est malaimée, de la littérature française : le lecteur y méditera à profit s ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Sondage IPSOS