Le nécessaire et le contingent

Le nécessaire et le contingent

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre : leur amour à amplitude variable fut insubmersible, quitte à en laisser quelques-uns sur le carreau.

ni Sartre ni le Castor n'ont jamais fait mystère de leur vie amoureuse. Antithèse du mariage bourgeois, leur relation fut durable : entamée en 1929, elle ne fut interrompue que par la mort du philosophe, en avril 1980. Tant dans leurs oeuvres que dans leur abondante correspondance à présent disponible, on trouve une infinité de notations souvent précises et circonstanciées sur leurs conquêtes respectives ou communes. S'ajoutent à ce corpus consistant les témoignages de nombre de ceux qui ont partagé, souvent à leurs dépens, leur intimité. Mais, au-delà de la rubrique people, il faut garder en tête que ce couple iconique servit de modèle à un nouveau bréviaire amoureux. Au point qu'il devint un idéal de vie pour les générations suivantes, tout comme il fut un étendard de la liberté sexuelle, du droit à l'avortement et de la confusion des genres.

Tout avait plutôt mal commencé. En 1928, Sartre envoie ses parents en délégation officielle quérir la main d'une jeune Lyon ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard