Le mystère Sullivan

Le mystère Sullivan

La Pléiade évoque le brouillon d'un polar ; un chercheur affirme l'avoir lu achevé dans les années 1980, dans les archives de l'auteur.

Quand on a lu tout Vian, on cherche encore à lire du Vian. Et on se tourne vers les textes inachevés. La piste la plus prometteuse pour le chasseur d'« inédachevés » se trouve dans le premier volume du Boris Vian en Pléiade, présenté par Marc Lapprand. « Si Vian avait persévéré dans l'écriture romanesque, un cinquième Sullivan aurait pu être "Roman : série noire", texte inachevé rédigé à la première personne. »

Jusqu'à la parution de La Pléiade, personne n'avait entendu parler de ce cinquième Vernon Sullivan. Parmi les romans inachevés de Boris, nous connaissions le brouillon d'une suite possible à L'Arrache-coeur, et nous avons évoqué Les Casseurs de Colombes. À propos de « Roman : série noire », nous avons cherché à en savoir plus, et le hasard nous a récompensé en nous faisant croiser la route d'un ancien chercheur vianophile, répondant sur Internet au nom d'O'Bluebridge. L'homme raconte que, dans les années 1980, le manuscrit était cons ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon