Le mystère de la chambre claire, Photographie et inconscient

Le mystère de la chambre claire, Photographie et inconscient

Auteur de Tintin chez le psychanalyste , Serge Tisseron observe dans son introduction que « la machine est mal aimée ». L'appareil photo serait occulté par Roland Barthes ou Walter Benjamin. Forme de pensée, la photographie est une activité cérébrale qui vise à s'approprier le monde, clarifier son désordre : « Il y a une sorte d'agressivité prédatrice dans l'acte de prise de vue », a dit Susan Sontag. Elle recourt au vocabulaire de la magie, utilise les mêmes substances que les momificateurs de l'ancienne Egypte. Photographier, c'est s'ouvrir au monde, se dilater : « Le photographe, au moment où il déclenche l'obturateur, s'ouvre littéralement au monde », note Serge Tisseron. Robert Doisneau l'émerveillé, interviewé par le Magazine littéraire il y a quelques années, se disait dilaté par ce qui lui entrait dans les yeux. Etrangement, Cartier-Bresson évoquait les « odeurs mystérieuses » associées à cet art. Un voyage initiatique au coeur de la chambre ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon