Le monde terrible et calme

Le monde terrible et calme

Quelques écrivains, rares, savent, en suivant patiemment les détours, les méandres des phrases, tout dire d'un sentiment, d'un paysage, d'un événement. Ils sont, peut-être, les petits neveux de Proust. Pierre Moinot est l'un d'eux.

Le Matin vient et aussi la nuit . Titre énigmatique pour une histoire doublement policière : le meurtre de deux hommes par un braconnier, et la vie et la mort juste évitée d'un homme, longue enquête sur le temps, le coeur, la destinée. L'histoire, comme on dit, se passe dans la campagne niortaise. Elle ne pourrait se situer ailleurs, la Provence aurait une lumière trop dure, les montagnes une sauvagerie trop âpre. Cette

campagne, elle est douce, doucement trompeuse surtout, car la campagne est toujours violente, sournoise sous le vert de l'herbe, le bruissement des peupliers et la transparence des ruisseaux. La campagne raconte toujours des histoires cruelles, Pierre Moinot, le vieux chasseur du Guetteur d'ombre

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes