Le Moine, l'Ottoman et la femme du grand argentier

Le Moine, l'Ottoman et la femme du grand argentier

À Saint-Jean-d'Acre, à la fin du xviiie siècle. Entre la foi chrétienne et celle d'Orient, entre la règle d'un couvent et l'esclavage d'un si bon rapport pour elle, comment l'Église pourrait-elle rester... disons neutre ? Et voilà que le grand Argentier voit son épouse s'envoler vers un grand seigneur ottoman, et voilà qu'un jeune moine, issu des Trinitaires que les scrupules n'étouffent pas est lancé à la poursuite de l'épousée. Il n'est jamais sorti de son trou, il n'a jamais connu les femmes, il est loin de penser que des moines puissent s'adonner à l'achat-vente d'esclaves sans état d'âme particulier. Et il s'en va sur son âne en direction du Maghreb. Bien sûr, le nez mis sur la réalité va transformer sa vision de la vie ! Je vous laisse découvrir ce que Vénus Khoury-Ghata lui mitonne gaiement sur les chemins parcourus.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé