Le magnat crucifié

Le magnat crucifié

Une comédie grinçante sur les ravages du politiquement correct à l'américaine.

La tyrannie des identités, cet excellent sujet de roman, est au coeur de cette saga de 600 pages où Seth Greenland décrit la racialisation des rapports sociaux aux États-Unis et le ressentiment croissant entre les communautés. Jay Gladstone est un magnat de l'immobilier new-yorkais. Progressiste, démocrate, créateur d'une fondation caritative qui distribue des millions de dollars en bourses aux jeunes afro-américains défavorisés, Jay se croit irréprochable en matière de tolérance et d'antiracisme. Jusqu'à ce qu'il se trouve impliqué dans un accident survenu à la vedette noire de l'équipe de basket dont il est propriétaire. Aux États-Unis, toute blessure provoquée à un Noir par un Blanc peut tourner au scandale raciste. Surtout quand le procureur chargé de l'affaire a des ambitions électorales et cherche à faire un exemple...

Malgré sa notoriété, Jay bascule dans une lessiveuse médiatico-judiciaire, avec le sentiment d'être condamné d'avance par la justice et l'opinion. Seth ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes