Le macronisme en question

Le macronisme en question

Un an après, vers où marche la France ? Comment redonner du sens à la politique à l'ère de l'ubérisation ? Débat sur le libéralisme, la démocratie et la possibilité du progrès.

Le macronisme est-il un progressisme ?

Raphaël Enthoven. - Le macronisme n'est évidemment pas un progressisme si on réduit ce terme à la seule conquête de droits sociaux - dont on peut dire, sans abus, que ce n'est pas le coeur de sa démarche. Il l'est davantage si, par progressisme, on désigne le fait de progresser par réformes. Mais, à ce compte-là, tout réformateur (de gauche ou de droite) est progressiste... Enfin, progressiste, le macronisme l'est pleinement si le mot se contente de signifier la volonté d'avancer, de s'affranchir des schémas du passé... En tout état de cause, « volontarisme » me semble plus adéquat.

Raphaël Glucksmann. - Emmanuel Macron a volé la notion de progressisme à une gauche moribonde et l'a dépouillée de toute substance sociale. Le combat autour des mots est le coeur des batailles culturelles, et sa force fut d'identifier les mots vides qu'il pouvait redéfinir pour se tisser un habit poli ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine