Le maître et l'esclave, corps-à-corps

Le maître et l'esclave, corps-à-corps

Pour Hegel, les oeuvres philosophiques ne peuvent être comprises immédiatement. Elles exigent relectures, confrontations, réinterprétations. Se doutait-il que sa Phénoménologie de l'Esprit, et plus particulièrement la dialectique du maître et de l'esclave, ferait l'objet de tant de prolongements et de controverses théoriques dans le monde ? Le problème du corps - très peu présent dans l'oeuvre de Hegel -, exploré par Catherine Malabou et Judith Butler, apparaît ainsi, à la faveur de tels prolongements, comme une clé de lecture essentielle de son oeuvre. Jacques Derrida et Alexandre Kojève y ont consacré des chapitres entiers. Si Hegel ne représente pas le maître et l'esclave comme des êtres « incarnés », dotés de corps, il les définit pourtant comme des « consciences enfoncées dans l'être de la vie », qui doivent, pour se reconnaître dans une lutte à mort libératrice, « extirper de soi tout être immédiat », et donc se détacher de leur corps. « Sois mon corps », exige le maître hégél ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes