LE MÉPRIS, LA REPRISE

LE MÉPRIS, LA REPRISE

Plus que jamais, le cinéma est matière à romans. Par-delà le seul thème glamour, le premier roman de Séverine Danflous, Brune platine, tient bien la rampe : il s'agit d'un remake du Mépris de Godard, lui-même adaptation du roman de Moravia, se déroulant dans les coulisses d'une adaptation à l'écran de L'Odyssée... Les prénoms des deux héros n'ont pas changé. Camille veut devenir actrice, Paul cinéaste. Ils travaillent tous les deux à la Cinémathèque, s'aiment (au début) et tentent de tourner ensemble une Odyssée. C'est un roman sur le désir de cinéma, comment il peut encombrer les vies. Sans cesse, des bribes de Godard, Truffaut, Bergman s'immiscent dans le texte, qui insère aussi les échanges électroniques du couple à la manière d'illustrations, comme des textes-images.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine