Le libertinage, cela n'existe pas

Le libertinage, cela n'existe pas

On oublie trop souvent que le XVIIe siècle, derrière ses imposants ordonnancements, fut aussi le règne de la fantaisie, de la nouveauté et du burlesque.

Dix-septiémiste et romancier, Jean-Paul Desprat nous le rappelle dans son Dictionnaire des curiosités (1). Quel bouillonnement ! Combien de rus souterrains parcourent ce Grand Siècle dont certains nourriront le fleuve révolutionnaire. L'Académie putéane, ou cabinet Dupuy, ouvre le bal. Elle rassemblait des politiques mais aussi le futur cardinal de Retz et même le jeune Bossuet. Libertinage érudit ? Les invités dans l'hôtel de Thou, à Paris, constituaient surtout un concert d'esprits déniaisés. L'ouvrage se termine par l'entrée « Vocabulaire précieux ». Le lecteur est invité, cette fois, chez Mme de Lafayette ou Mlle de Scudéry. Saint-Simon en parle comme d'« académie de galanterie, de vertu et de science ». Ce babil qu'un Saint-Évremond trouve « ridicule » est juste en train de faire sauter le corset de la langue sous couvert d'une affectation délicate.

Diderot et les encyclopédistes ne désignaient Versailles que par la méprisante expression « à quatre lieux d'ici » ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon