LE KRACH AMÉRICAIN

LE KRACH AMÉRICAIN

Salman Rushdie met en scène la globalisation à travers le clan d'un milliardaire indien installé à Greenwich Village.

Au lendemain de l'investiture de Barack Obama, un mystérieux milliardaire indien qui se fait appeler Néron Golden emménage dans les jardins MacDougal-Sullivan, un lieu légendaire de Greenwich Village, en compagnie de son épouse russe Vasilisa et de ses trois fils, Petya, Apu et D. Ils y font la connaissance d'un jeune apprenti cinéaste new-yorkais, René Unterlinden, le narrateur, qui, à la recherche d'un sujet de scénario, se met à enquêter sur leur passé. Tandis que la véritable identité des Golden se révèle peu à peu et amène à New York la mafia indienne et le spectre du terrorisme islamiste, la ville elle-même est bientôt en proie à une fièvre identitaire et aux déchirements idéologiques. Autrefois cosmopolite, elle se retrouve livrée aux furies de la globalisation. Bientôt, un candidat à la Maison-Blanche, que tout le monde appelle le Joker, menace de plonger le pays dans le chaos. Tel est l'arc narratif de ce livre écrit durant les dernières années du second mandat Obama et la ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes