Le gros chien de montagne et le seigneur des ânes

Le gros chien de montagne et le seigneur des ânes

«À vouloir tout approfondir, on court sur une pente dangereuse », répond le sage M. Jeufroy à Bouvard et Pécuchet qui s'interrogent sur le sens de la grâce : « Puisque la chair est maudite, comment se fait-il que l'on doive remercier Dieu pour le bienfait de l'existence ? [...] Où est le signe de la grâce ? » Alors que l'existence des bêtes féroces est antérieure à la Chute, comment parler de péché originel ? Bouvard a raison de s'interroger et de vouloir forger son hosannah au creuset du doute. Théologien malgré lui, il est pélagien sans le savoir tandis que dans son acharnement théologique à prétendre que les petits enfants morts sans baptême doivent être punis de fautes qu'ils n'ont pas commises, son instructeur en petit catéchisme est un augustinien bon teint. Comment mieux marquer que l'une des querelles les plus persistantes et acharnées de la théologie chrétienne est née d'une différence de tempérament irréductible entre le laïc breton Pélage et Augustin l'évêque africain ? ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon