Le grand siècle en ses nouvelles

Le grand siècle en ses nouvelles

Les nouvelles écrites en France tout au long du XVIIe siècle sont pour la première fois réunies dans un volume de la Pléiade. De Scarron à Mme de Lafayette et l'abbé de Choisy, une étonnante diversité.

Si l'on en croit les manuels scolaires, le Grand Siècle, apogée de notre civilisation, a commencé en 1660 et fini en 1685. Pendant ces vingt-cinq ans se produisit une conjonction, unique dans l'histoire des peuples, des génies de première grandeur dans l'histoire des lettres, des arts, des sciences et de la philosophie. Inutile de citer des noms, tout le monde les a en mémoire. Tout cela sous l'égide de Louis XIV.

Ces vingt-cinq ans qu'on appelle le siècle de Louis XIV, dont on vante la passion pour la mesure et la raison, étaient aussi un siècle de démesure et de délire. Versailles est un rêve de pierre, les jardins de Lenôtre une métaphysique de l'éternité. On aimait l'outrance et la féerie, les ors, les marbres de couleur, les tapisseries et les plafonds peints, les grottes, les cabinets de verdure, les jardins en trompe-l'oeil, les ifs taillés en animaux fantastiques, les carrousels, les stupéfiantes pompes funèbres inventées à Notre-Dame pour les grands de ce monde, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé