Le grand Dessein

Le grand Dessein

Enfin traduits, les Cahiers noirs forment une oeuvre à part entière, qui éclaire la pensée du philosophe, en dépit des stéréotypes antisémites qui accaparent les débats.

Il paraît a priori déplacé de chercher à tirer des leçons positives d'un écrit, tel que les Cahiers noirs de Heidegger, précédé de la rumeur infamante d'antisémitisme. « Toute l'eau de la mer, disait Lautréamont, ne suffirait pas à laver une tache de sang intellectuelle. » Certes. Mais on n'a pas affaire avec Heidegger à un publiciste haineux à la Rebatet ou à un caractériel à la Céline. On se trouve face à un des héritiers les plus brillants au XXe siècle de la philosophie spéculative allemande, donc aussi occidentale. Si son antisémitisme se trouvait avoir « contaminé » sa pensée, cela demanderait un réexamen complet de notre tradition réflexive. À moins de ne voir en lui qu'un « renégat » isolé de nos indiscutables « Lumières ». Or tel est bien le procès que lui font ses détracteurs actuels, que ce soit au titre de son « antihumanisme » ou à celui d'un chauvinisme étroit dérogeant à notre dite « tolérance universelle » et autre « principe cosmopolitique ».

...
Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon