Le grand Alexandre

Le grand Alexandre

Célébré tardivement, Alexandre Vialatte est devenu aujourd'hui un auteur très recherché.

Alexandre Vialatte est né en 1978. Ce n'est que cette année-là, à la publication des Dernières Nouvelles de l'homme chez Julliard, un premier choix de ses chroniques établi par Ferny Besson, qu'il est véritablement entré dans l'histoire des lettres françaises et qu'il a enfin été considéré comme l'un des plus grands écrivains du xxe siècle. Qui le connaissait jusqu'alors ? Ceux qui avaient lu Kafka et qui se demandaient peut-être à quoi ressemblait son traducteur. Ceux qui avaient accordé quelque crédit au prix Charles-Veillon couronnant, en 1951, Les Fruits du Congo. Ceux qui avaient pris l'habitude, le week-end, de parcourir La Montagne mais qui croyaient avoir affaire à un doux dingue quand Vialatte disait que l'amour remontait à la plus haute Antiquité, que les éléphants étaient irréfutables ou que Jean Dubuffet avait réinventé la peinture. Ceux qui, par hasard, avaient relevé sa signature dans une revue ou un magazine comme La Nouvelle Revue française, Arts ou Le Spectacle du m ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard