Le GPS du coeur

Le GPS du coeur

Le grand voyageur et écrivain entrecroise, à travers le monde, les trajectoires de trois parents partis à la recherche de leur enfant. Via Sydney, Port-au-Prince, Bangkok ou Strasbourg, un récit où l'humanité se joue des frontières.

François Hauter, romancier, ne cache pas qu'il est aussi un journaliste, dont une des fonctions consiste à décrire le monde. Plutôt bien, d'ailleurs, selon le jury du prix Albert-Londres qui a fait de lui son lauréat en 1986. Les Enfants perdus et ses personnages traversent donc paysages divers et milieux sociaux que rien ne rapproche habituellement. Les titres des chapitres égrènent des lieux, de Strasbourg à Murwillumb ah (joli nom), en passant par Port-au-Prince, Bangkok, Hong Kong, Sydney, Aukland... Ne disons pas tout d'un parcours qui, dessiné sur un planisphère, paraît bien anarchique. Il est dicté par les nécessités auxquelles sont soumis les principaux protagonistes du roman. Chacun animé par l'irrépressible besoin de retrouver leur enfant perdu.

Stanislas, à Strasbourg, reçoit, après trois mois de silence, des nouvelles de son fils Alexandre. Elles ne sont pas bonnes : Kevin, qui lui apporte quelques objets, lui apprend qu'il est recherché par la police loc ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes