Le goût des autres

Le goût des autres

Après Disent-ils et un divorce, la narratrice déménage et se laisse traverser par les voix des autres.

Deuxième volet d'une trilogie en cours, Transit prend le relais de Disent-ils, dont le titre français annonçait sans détour le projet de Rachel Cusk : moins parler de soi qu'écouter les autres. Tout ce contingent de voix aurait pu peser lourd sur l'habituelle narration à la première personne de la romancière britannique ; c'est au contraire un équilibre, une sorte de fusion, un « jeu » non pas ludique mais où se fondrait le je de la conteuse et le eux des personnages. Faye, la narratrice , croise un ex dans la rue, discute avec l'ouvrier polonais chargé de refaire son appartement, prête l'oreille aux états d'âme du coiffeur, élude son intervention dans un festival pour laisser la place aux effusions de deux autres romanciers invités, etc. Elle ne fait que passer dans la vie des autres, et leur présence est aussi fugace dans sa vie que celle d'un pénitent dans un confessionnal.

Renonçant souvent aux guillemets ou privilégiant le discours indirect, l'écriture ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article