Le fantôme de Hölderlin

Le fantôme de Hölderlin

Un portrait du poète allemand revisité à l'aune des grandes questions qui bouleversent notre temps.

Hölderlin n'en est pas à sa première vie imaginaire. Stephan Zweig a décrit dans des pages admirables dans Le Combat avec le démon la « descente dans la nuit » du poète allemand, et la biographie du romancier Peter Härtling, traduite par Philippe Jaccottet, est restée célèbre. En France, le fantôme de Hölderlin hante Philippe Sollers dans Lois, H ou encore Studio. Chez Grasset déjà, Jacques-Pierre Amette lui avait consacré en 1991 un roman, L'Adieu à la raison. Le Voyage de Hölderlin en France, qui visait à « comprendre l'incomparable ». Récupérée idéologiquement et saturée de lectures philosophiques, de Heidegger à Derrida en passant par Blanchot, pour analyser les rapports entre génie et folie, le dépit amoureux ou les rapports franco-allemands, la figure du poète est relue à l'aune des préoccupations du moment.

Dans « une vie scindée en deux par un coup de foudre », ce sont les dernières années de l'auteur d'Hypérion, h ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon