Le diable est dans les détails

Le diable est dans les détails

Les simples, ces plantes médicinales bien connues des religieuses de l'abbaye de Notre-Dame-du-Loup, guérissent d'innombrables maux. Mais, à la mélancolie, l'amour, la folie, nul remède. Le malin agit là selon sa seule volonté, et les potions des soeurs n'y peuvent rien. En 1587, dans la région de Vence, où habite d'ailleurs aujourd'hui Yannick Grannec, la vie des bénédictines au monastère est scandée par la prière et le cycle de la nature. Leurs biens les plus précieux ? La tranquillité dont elles jouissent à l'écart du chaos du monde terrestre, et leur réputation au coeur de ce même monde, qui garantit la prospérité de leur négoce pharmaceutique.

Depuis des dizaines d'années, rien n'a changé : le silence et la discipline règnent grâce à l'intransigeance de l'abbesse. C'est d'ailleurs ce dont vient s'assurer le jeune vicaire Léon, mandaté par l'évêque de Vence : que les registres sont bien tenus et que les usages des simples ne frôlent pas la sorcellerie. Car, si les monial ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard