Le désamour est dans le pré

Le désamour est dans le pré

La méfiance, voire l'agressivité envers le monde agricole, témoigne d'un abîme entre le consensus scientifique et les peurs fantasmées de nos compatriotes.

C'est une figure du mal paradoxale que cette page de démonologie propose d'explorer ce mois-ci. En effet, les sondages l'indiquent clairement, les Français aiment leurs agriculteurs. Pourtant l'agriculteur, parce qu'il incarne - entre autres - l'usage d'épandage de produits phytosanitaires, suscite méfiance voire violence. L'un de ces produits mériterait à lui seul un chapitre de ce traité de démonologie contemporaine tant il suscite de fantasmes : le glyphosate.

Violence en effet car, ici ou là, par des incendies criminels ravageant des bâtiments d'élevage ou encore par le tabassage d'agriculteurs utilisant des pesticides, les paysans essuient de plus en plus souvent des actes d'hostilité. Et que dire des procès que les néoruraux leur intentent parce que les coqs chantent trop fort ou que les cloches des vaches sont trop bruyantes. Ce sont d'ailleurs les agriculteurs qui le disent eux-mêmes, puisque leur mouvement de protestation de novembre 2019 prétendait dénoncer le dénig ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé