Le décentrement de l'ethnologue et la pensée sauvage

Le décentrement de l'ethnologue et la pensée sauvage

La pensée sauvage n'est pas une forme mineure de la logique, inférieure à la rationalité occidentale.L'auteur de Par-delà nature et culture souligne l'actualité du relativisme lévi-straussien.

La pensée de Lévi-Strauss repose sur un paradoxe : elle invite à la fois à penser une certaine porosité entre nature et culture et à opposer ces domaines. Dans l'analyse des mythes, par exemple, l'opposition entre nature et culture lui sert de gabarit pour mettre en évidence des contrastes entre des objets et des phénomènes qui sont renvoyés à ces deux catégories le cru et le cuit, la crasse et les parures, etc. ; même si, pour les peuples qui ont créé ces mythes, la distinction entre nature et culture n'a guère de sens puisque c'est nous en Occident qui avons inventé cette abstraction philosophique. Mais d'un autre côté, la théorie de la connaissance lévi-straussienne est complètement moniste. Dans La Pensée sauvage, dans les Mythologiques, Lévi-Strauss insiste sur la continuité entre les propriétés de l'esprit et les propriétés du monde ; il récuse le réalisme cognitif, c'est-à-dire l'idée d'un esprit conçu comme un ordinateur séparé de son environnement.

C'est sur ce point ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes