Le cru et le cuistre

Le cru et le cuistre

Dans un chapitre de leur livre sur le président, Nicolas Domenach et Maurice Szafran évoquent son socle culturel, de Paul Ricoeur à Michel Audiard. Extrait.

quel merveilleux pays que cette France où l'on se dispute pour savoir jusqu'à quel point le président peut se réclamer de celui qui fut sans doute le plus grand philosophe de la fin du xxe siècle ! Nul ne peut contester sérieusement qu'Emmanuel Macron, alors élève à Sciences po et à Nanterre, fut proche de Paul Ricoeur, et qu'il lui prêta son concours ébloui pour rédiger un de ses ouvrages essentiels, La Mémoire, l'Histoire, l'Oubli. Cette proximité revendiquée fièrement, cette référence distinguée, joua un rôle non négligeable dans la construction de sa légende, dans son storytelling de candidat. Enfin un impétrant qui avait réfléchi au-delà des notes de Bercy !

[...] Avoir Paul Ricoeur au coeur, c'était s'assurer d'un préjugé favorable d'avance. Il le renforçait pendant sa campagne en développant plusieurs des thèmes du sage, ce que soulignait en particulier le biographe reconnu de Ricoeur, François Dosse, dans Le Philosophe et le Président. Il y ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon