Le Criticón

Le Criticón

Tout bon entendeur doit y trouver salut et s'y retrouver, non sali. » Nous voilà prévenus dès la note en liminaire proposant cette belle formule admirablement cadencée. Le Criticón relève de cette catégorie assez bien fournie de livres dont on parle d'autant plus qu'on ne les a guère lus. Sa publication s'est échelonnée de 1651 à 1657. Le premier mérite de cette édition est de rappeler que Gracián n'est pas que l'auteur de L'Homme de cour. Sa fortune avait fait de cet homme de l'art avant tout celui des traités et codes de la vie en société. « Fauteur de trouble et croix de ses supérieurs », trancheront-ils. Il est bien le plus indiscipliné des Jésuites. Baltasar Gracián y Morales 1601-1658, alias Garcia de Marlones, alias père Lorenzo Gracián, s'est passé de l'autorisation de la Compagnie pour publier ses textes.

Qu'est-ce que le Criticón ? Comme son nom l'indique, la somme des critiques de son temps. La charge se veut implacable. Les fausses valeurs d'un siècle analysé dans ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes