Le cri du siècle

Le cri du siècle

Beaubourg consacre à Bacon une exposition liant le peintre à la littérature. Mais ses toiles ne naissent que d'elles-mêmes et ne nécessitent aucun prétexte.

Francis Bacon et les écrivains, quelle histoire ! Rarement un peintre aura si vite et autant inspiré écrivains et philosophes, alors même que son oeuvre se construisait encore sous leurs yeux ; il fut ainsi magistralement analysé et lu par Gilles Deleuze, Michel Leiris, Jacques Dupin, Claude Simon, tant d'autres. Ce qui semblait à la fois couler de source (l'oeuvre est si puissante, charnelle et ample qu'elle donne comme naturellement le désir d'être saisie) et voué à l'échec, tant les tableaux de Bacon semblent se refuser à toute interprétation ou lecture, blocs indiscernables et compacts de pure peinture. Si Bacon est si littéraire aux yeux des écrivains, c'est parce qu'il en est pétri, de littérature. L'exposition « Bacon en toutes lettres » se penche sur les liens du peintre britannique avec la littérature à travers des exemplaires issus de sa bibliothèque, forte de plus de 1 300 livres. On y entend donc, dans des salles isolées comme des boîtes, des voix nous lire de courts ext ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon