Le crépuscule de l'idole

Le crépuscule de l'idole

Nietzsche a 21 ans quand il découvre Schopenhauer, à travers la lecture du Monde comme volonté et comme représentation . C'est une révélation et le jeune philo-sophe voit un modèle dans son prédécesseur. Mais cet enthousiasme s'éteindra très rapidement.

Nietzsche a trouvé sa vérité en se démarquant de ce qui l'avait séduit chez Schopenhauer, encore qu'il resta toute sa vie fidèle à certains de ses apports, en particulier sa définition de l'activité philosophique. Dans un texte autobiographique écrit en 1867 pendant son service militaire, Nietzsche a raconté par le détail dans quelles circonstances et dans quel état d'esprit il a connu l'oeuvre de Schopenhauer. C'était à Leipzig en novembre 1865. Il avait 21 ans et, tout en sachant qu'elle ne pourrait constituer pour lui qu'un moyen, étudiait la philologie avec Ritschl. C'est alors que, par hasard, il tombe, chez un libraire, sur une édition du Monde comme volonté et comme représentation. Sans rien connaître de son auteur, mort cinq ans plus tôt en 1860, il sent, en le feuilletant, que ce livre est fait pour lui. Revenu dans sa chambre d'étudiant, il le dévore littéralement : « Tout ce qui avait jamais hurlé le renoncement, la négation, la résignation, écrit-il, se trouvait ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon