Le crépuscule de Drieu

Le crépuscule de Drieu

Précisément retracée, la fin de parcours d'un talent qui se vautra dans la collaboration mais protégea aussi à sa manière la maison Gallimard.

L'historienne Aude Terray, auteur de Madame Malraux (2013), n'apprend rien aux férus d'histoire littéraire dans son nouvel essai ; mais elle rappelle avec impartialité que Malraux, alias colonel Berger, a tendu la main à Pierre Drieu la Rochelle (1893-1945) pour l'enrôler dans la Résistance afin de redorer le blason de son ami, parrain de l'un de ses fils. Le rappel de la vérité des faits est toujours mieux que la mise au pilori facile de l'un des acteurs majeurs de la vie intellectuelle française de jadis. Drieu fit la sourde oreille, effrayé « d'être reconnu et dénoncé ». L'ouvrage a le mérite de suivre pas à pas Drieu lors des derniers mois de vie avant son suicide longuement prémédité. Depuis qu'il est mort, on parle plus de l'écrivain qu'on ne le lit. Ce n'est qu'un de ses innombrables paradoxes. À son époque, des médisants ne se privaient pas de dire qu'il était un « homosexuel qui aimait les femmes ». Excessif en tout, il serait devenu anti-breton si un na ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine