Le cogito du beau

Le cogito du beau

Les éditions du Bruit du temps poursuivent la publication des Œuvres complètes du poète polonais Zbigniew Herbert dont le Monsieur Cogito fut interdit dans son pays lors de sa parution en 1974.

Il y a un peu plus d'un an, la parution du début des Œuvres poétiques complètes de Zbigniew Herbert faisait figure d'événement (voir Le Magazine Littéraire n° 513, novembre 2011). Les éditions Le Bruit du temps poursuivent comme promis la publication de ce poète majeur du XXe siècle, dans la magnifique traduction de Brigitte Gautier. Monsieur Cogito, qui figure au centre de ce deuxième tome, avait déjà été traduit (chez Fayard, en 1990, par Alfred Sproede), mais les deux autres recueils le sont pour la première fois.

Cogito est un peu à Herbert ce que Teste est à Valéry : un double fictif, et une allégorie de l'intelligence humaine. Celle-ci, avec M. Cogito, se débat dans les fers du totalitarisme et lui oppose son ironie incomparable. Le même personnage hante Rapport de la ville assiégée que Herbert, interdit de publication en Pologne après Monsieur Cogito, en 1974, fit paraître à Paris en 1983. Il a tant à nous dire aujoud'hui ! ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon