Le Clézio : paysages intérieurs

Le Clézio : paysages intérieurs

Laissons flâner le regard parmi les pages du beau livre que Gérard de Cortanze vient de consacrer à Le Clézio. Voici une gravure de l'île Maurice, où l'écrivain débarqua lorsqu'il avait quatre ans pour y retrouver son père... Voici une vue de Nice bombardée... Plus loin, ce sont Diego Rivera et Frida Kahlo, une poupée magique des Indiens Embéras... De continent en continent, de ville en ville, d'âme en âme, ces images appartiennent au paysage intérieur d'un artiste pour qui vie et littérature, dans une superbe confusion, mènent aux origines imprononçables de l'être intérieur.

Dans Hasard , Le Clézio illustre une fois de plus l'intérêt qu'il porte aux gens avides de déracinement, aux marginaux en route vers la connaissance d'eux-mêmes. Qu'importe qu'ils soient pauvres, comme la petite Nassima, ou riches, comme Juan Moguer, le producteur de films. Dans le monde de Le Clézio, les apparences ne comptent guère. L'enveloppe, le décor, tout cela peut varier, mais ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon