Le cinéma,sa seule cause

Le cinéma,sa seule cause

Premier écrivain français à passer derrière la caméra, Cocteau restera un ardent artisan du cinéma, jusqu'à lui réserver son Testament.

C'est peut-être au cinéma que Cocteau aura été le plus heureux. Sur les plateaux, l'écrivain faisait montre d'une hyperactivité enthousiaste, galvanisé d'oeuvrer en équipe. Surtout, ses films sont bien accueillis par la jeune garde des Cahiers du cinéma puis de la Nouvelle Vague, quand ses textes et sa personne furent si souvent moqués dans le champ littéraire.

Alors que la plupart des lettrés considèrent encore le cinéma comme un passe-temps avachissant, Cocteau est le premier écrivain français, avant Pagnol ou Guitry, à passer derrière la caméra en 1930, avec Le Sang d'un poète. Son engagement dans le cinéma n'est pas seulement précoce, il est sans équivalent : écrivain, il ne donne pas au dialogue le rôle prépondérant que lui accordent la plupart des réalisateurs français des années 1930-1950. Bien sûr, il y a des mots d'esprit, mais ils ne sont qu'une matière parmi d'autres, n'ont pas la haute main sur le cap ou la structure des films. Cocteau, d'emblée, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes