Le choix d'Oblomov

Le choix d'Oblomov

Oblomov, personnage du roman éponyme d'Ivan Gontcharov, est l'une des figures emblématiques de la paresse : refusant la médiocrité ambiante, étranger à la fureur du monde, Oblomov s'acharne à ne rien faire, jusqu'à la mort.

Lisez donc Oblomov d'Ivan Alexandrovitch Gontcharov, disais-je à mon ami Landore c'est le sobriquet facétieux qu'après Rabelais et Balzac je donne à mon ami qui étouffait un bâillement et restait obstinément au fond de son lit. Lisez, c'est votre portrait craché, votre frère et peut-être le nôtre, le prince de la paresse, le poète du nonchaloir, raconté par un écrivain sine ira et studio, selon ses propres mots, avec une sympathie évidente et aussi lucidité. Ce roman russe est un chef-d'?uvre où vous sentirez le temps couler voluptueusement et concrètement sous vos doigts.

Ah oui, les Russes, ils en connaissent un bout en paresse, à ce qu'on dit. Ça ne les empêche pas d'écrire copieusement, me rétorqua Landore, en soupesant l'ouvrage, plus de cinq cents pages dans l'édition intégrale de L'Age d'Homme 1. Comment, au lit, tenir ce gros bouquin à bout de bras ?

Certes, Oblomov est un Russe et qui, plus est, un barine. Mais dans notre patrimoine européen, il est devenu un ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes