le choix des mots de minuit

le choix des mots de minuit

Plutôt que de s'inscrire dans un journalisme contemporain souvent suiviste et certainement mutant, le Suédois Stieg Larsson a fini par préférer au reportage ou à l'essai une trilogie policière pour dénoncer les manifestations ordinaires du fascisme ou le crime en col blanc.

Son narrateur, Mikael Blomkvist, travaille pour Millénium, revue d'investigations sociales et économiques, et traque des scandales familiaux et financiers boursouflés de haine recuite. Pour lui, sa mission est « d'enquêter et de démasquer les requins de la finance capables de monter des crises d'intérêts pour spéculer sur des start-up fantaisistes avec l'argent des petits porteurs ». À ses côtés, même regard écoeuré et désabusé : Lisbeth Salander, jeune femme excentrique cernée très tôt par la folie, solitaire révoltée sans éducation mais informaticienne hors pair et amoureuse transie.

Larsson réussit par la densité et la mécanique de ses longs récits six cents pages, leur m ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Par les routes », Sylvain Prudhomme,  éd. L'Arbalète/Gallimard

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

OCTOBRE :

 Microclimat judiciaire : entretien avec Judtih Rochfeld

► De Big Brother à Big Other : inédit du dossier Orwell-Huxley

► « Le génie français, c’est la liberté ! » : version longue de l'entretien avec Laurent Joffrin

SEPTEMBRE :

► L'identité et ses (im)postures : critique du Nom secret des choses de Blandine Rinkel

 Souvenirs de la maison close : critique de La Maison d'Emma Becker

 Le feu au lac : version longue de l'entretien avec Kevin Lambert

 

© Louison pour le NML

© Louison

Les écrivains journalistes avec RetroNews

Pour accompagner notre dossier sur la littérature érotique, nous vous proposons de plonger, en partenariat avec Retronews, le site de presse de la Bnf, dans la vie de Rachilde, la reine des décadents.

Illustration : Le journal des Débats, 27 mars 1899 - source : RetroNews-BnF