le choix des mots de minuit

le choix des mots de minuit

«Les choses vont et viennent : moi, je suis toujours là... Dans la journée, je n'entends guère passer que trois ou quatre trains qui n'ont pas besoin de faire halte, tant ils sont déjà lents... Je ne sais si c'est à cause de tous ces départs sans retour, mais la vue des marronniers m'oppresse toujours un peu. »

Dans Les Vivants et les Ombres , Diane Meur met en scène une narratrice dont le récit commence en 1820, en Galicie, province polonaise alors rattachée à l'empire des Habsbourg. Une terre ballottée par les guerres où vivent et émigrent Polonais, Juifs, Ukrainiens, Autrichiens. L'arbre généalogique y est un outil aussi fascinant qu'indispensable.

Née en 1970 à Bruxelles, l'auteure est traductrice d'allemand, a signé deux livres pour la jeunesse chez Labor, travaille une thèse sur le roman rural, écrit des romans de sept cents pages qui redonnent le goût du temps et questionnent la religion et la spiritualité, ou bien décrit les dégâts que ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes