Le Chili à chaud

Le Chili à chaud

Rencontre, au fil des manifestations, avec des écrivains d'un pays en ébullition, dressé en masse contre l'ultralibéralisme et la violence d'État.

On se retrouve sur la plaza de la Dignidad à 18 heures ? » L'idée semblait bonne : l'ancienne plaza Italia, rebaptisée ainsi par les manifestants qui s'y réunissent tous les soirs depuis plus de trois mois, est un point central dans Santiago aujourd'hui. Tous les artistes s'y retrouvent, qu'ils soient établis ou en pleine ascension, pour débattre, danser, chanter, performer. Ce soir-là se croisaient au milieu de la foule plusieurs concerts itinérants, une chorégraphie effectuée par un collectif féministe, une autre par des indigènes (1), le tout observé par des vendeurs ambulants. Un peu à l'écart, on discute politique, on parle de ce qu'il faudrait incorporer dans la nouvelle Constitution qui devrait être discutée à partir d'avril : à propos d'un mouvement social plus ancien, le poète chilien Pablo Neruda parlait de « révolution à la chilienne, très analysée et très discutée (2) ». L'analyse reste pertinente.

Il faut pourtant du sang-froid ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes